Fonctionea

Peut-on emprunter après 45 ans ?

emprunter après 45 ans

Après 45 ans, peut-on encore demander un emprunt bancaire ? En théorie, la loi n’interdit pas aux institutions bancaires d’accorder un prêt à une personne majeure, qu’elle ait 20 ans, 40 ans ou même plus de 60 ans. En revanche, l’âge peut conditionner l’accord d’un prêt. Que l’on se rassure pourtant : à plus de 45 ans, il y a de vraies possibilités qui s’offrent aux emprunteurs.

Crédit immobilier pour les plus de 45 ans : durée de remboursement, taux d’endettement et apport personnel

Depuis 2022, la durée des crédits immobiliers accordés par les banques aux particuliers est désormais limitée à 25 ans. La loi exige aussi que le taux d’endettement ne doit excéder les 35 % des revenus, incluant l’assurance. Cette mesure a été décidée par le Haut conseil de stabilité financière afin de lutter contre la spirale du surendettement des familles. La demande d’un crédit immobilier nécessite généralement un apport personnel, et c’est souvent le point fort des profils seniors. En effet, ces derniers ont théoriquement plus de capacités financières que les jeunes de moins de trente ans qui entrent dans la vie active. Idéalement, l’apport personnel doit correspondre à au moins 30 % du montant de la somme à emprunter afin de justifier des capacités de remboursement de l’emprunteur auprès de la banque. Plus cet apport personnel est important, plus le taux d’intérêt accordé à l’emprunt sera attractif. Il est toutefois possible de contracter un prêt sans apport. Dans ce cas, il est conseillé de souscrire à une assurance emprunteur pour bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale des remboursements en cours ou du capital résiduaire. Cette démarche est envisageable en cas d’incapacité de travail, de perte d’emploi, d’invalidité, de perte d’autonomie ou de décès. Cette assurance n’est aucunement obligatoire, mais elle est accordée après consultation de dossier. Toutefois, il est important de souligner que la valeur de la prime augmente généralement avec l’âge.

Avoir plus de 45 ans et accéder à un prêt immobilier

Quand la demande de crédit immobilier est réceptionnée par la banque, elle décortique le dossier du demandeur. Elle évalue son profil : âge, emploi, revenus, apport personnel, taux d’endettement, capital à emprunter, capacité financière, charges mensuelles. Elle étudie également le projet immobilier concerné, tel qu’un investissement destiné à la location ou bien une résidence. La banque sera aussi amenée à étudier les perspectives du demandeur en termes d’évolution professionnelle et de situation personnelle. Celles-ci sont généralement liées à son âge au moment de la souscription et à l’issue de la période de remboursement, qui est d’une vingtaine d’années en moyenne dans la majorité des cas. S’il est établi que des risques professionnelles ou de santé peuvent survenir dans les prochaines années, on peut soit opter pour un remboursement dégressif, soit pour un rachat de crédit. L’accord d’un crédit immobilier exigera également une garantie bancaire qui peut être une garantie hypothécaire ou une caution. Pour faire face à d’éventuelles baisses de ressources de l’emprunteur de plus de 45 ans, les institutions bancaires peuvent proposer des paliers de prêts. La mensualité diminue donc suivant les modifications de la capacité financière du client quinquagénaire. Ce système permet aux emprunteurs de négocier un prêt dégressif au-delà de la première décennie de remboursement. Cependant, ceci a le désavantage de rallonger la durée de la période de remboursement. Autre alternative : le rachat de crédit. Cette opération bancaire permet à un tierce établissement financier de racheter le prêt en cours en payant la banque initiale par anticipation. Le rachat de prêt fera l’objet d’un nouveau contrat, dans lequel le capital subsistant et les frais de remboursement anticipé seront intégrés.

Prêt personnel : quelles possibilités pour les plus de 45 ans ?

Une personne de plus de 45 ans reste éligible pour une demande de prêt personnel. Au contraire du crédit immobilier qui est affecté au financement d’un projet immobilier, ce prêt personnel peut être utilisé à la guise de l’emprunteur. Le montant de l’emprunt est légalement inclus entre 200 euros et 75 000 euros. C’est l’établissement de crédit ou la banque qui fixe librement le taux du crédit, ainsi que les conditions de remboursement, en sus des frais de dossier. En général, ce type de crédit est remboursable en deux mois ou plus. Plus que l’âge, c’est surtout un revenu trop faible ou un contrat de travail en CDD qui peut être un motif de refus d’un prêt personnel car ces conditions impactent la capacité de remboursement de l’emprunteur dans l’immédiat. Dans ce cas, l’établissement d’emprunt peut par exemple demander préalablement à son client de souscrire à une assurance, mais cette démarche n’est pas obligatoire aux yeux de la loi. Cependant, son avantage est qu’en cas de difficulté à payer les mensualités, l’assureur prendra le relais. L’emprunteur peut aussi solliciter un report des échéances de paiement auprès de la banque. Par ailleurs, s’il est prouvé par des documents légaux que le paiement est impossible, le tribunal judiciaire peut consentir à un délai au cours duquel le remboursement est provisoirement suspendu sans pénalités ni majorations.

SIMULEZ VOTRE PRÊT IMMOBILIER
PROFITEZ DES MEILLEURS TAUX DU MOMENT